EVENEMENTS‎ > ‎

Rencontres RSE autour d'un distributeur


Cinquième rencontre RSE de la chaire Grande Consommation autour de AUCHAN

CNIT, le lundi 17 septembre 2018

En toute humilité et ouverture, les équipes Auchan sont venues présenter à une soixantaine d’industriels nominés au Grand Prix ESSEC des industries de la Consommation Responsable leur vision d’entreprise, leur stratégie d’offre responsable et leurs autres enjeux et priorités RSE

Une vision co-construite 

Il n’est pas habituel qu’Ali Khosrovi se déplace dans les échanges publics. Mais une cause juste et une belle relation avec Rémy Gerin et la chaire Grande Consommation, qui œuvre à la construction d’une consommation plus durable et plus responsable, valaient le déplacement.

Auchan entend changer la vie de ses clients, de ses collaborateurs et de ses partenaires en commençant par les écouter et co-créer avec eux une vision qui réponde réellement à leurs préoccupations. Au cœur de cette stratégie : du bon, du sain, du local, de l’expérientiel et une constante humaniste qui caractérise si bien l’enseigne.

« Notre vision RSE a été co-écrite avec nos collaborateurs et nos partenaires, Auchan change la vie en prenant des engagements forts, le consommateur est capable de différencier la vérité de la publicité en matière de RSE » affirme Ali Khosrovi.

Des engagements qui commencent par l'offre alimentaire

Pour répondre aux trois grands défis identifiés par l’enseigne en matière d’offre alimentaire : rassurer, s’engager sur la santé, tout en préservant et valorisant le plaisir de manger, Auchan a mis en place un plan de transformation  avec, au cœur de la démarche,  le programme «  la vie en bleu » et le développement des filières responsables. De nombreux autres engagements concrets sont en cours comme l’adoption du Nutriscore, la labellisation « Origine France Garantie » ou la co-fondation de Ferme France.

« Actuellement 42% des produits bleus sont à notre marque propre ». Pierre-René Tchoukriel ne s’en cache pas : les produits AUCHAN sont les fers de lance du combat de l’enseigne sur la santé puis vient l’accompagnement des producteurs et petites PME, qui par ailleurs développent plus facilement l’exclusivité tant attendue ! Et les grandes multinationales dans tout cela ? «  On nous a demandé de faire entrer la RSE dans les boxes, c’est désormais chose faite » poursuit le directeur produits et marque de l’enseigne. Le score nutritionnel figure désormais dans les critères de choix du référencement et Horizon a vocation à être une centrale d’achats nouvelle génération où seront plébiscités les engagements filières, la production française et le business dans la durée.

Si la sélection vers une offre plus saine est une priorité clairement affichée, Auchan reste très clair sur sa mission : « La liberté est un bien encore plus précieux que la santé, nous devons informer au mieux le client, pas interdire ».

 Ancrage territorial et collaboratif

L’appropriation de l’engagement RSE par les collaborateurs est une priorité absolue de l’enseigne. La vision d’ensemble a été co-créée avec les collaborateurs, les directeurs de magasins sont ensuite les patrons de leur propre environnement et toute initiative territoriale est encouragée. Auchan accompagne également partout l’engagement citoyen avec par exemple un nouveau concept de ferme urbaine bientôt lancé à Bordeaux : les actionnaires seront les habitants du quartier, ils vendront leurs parts s’ils déménagent.

Béatrice Javary, directrice RSE de l’enseigne, ne manque pas d’exemples d’actions très concrètes au service de l’environnement, la qualité de vie ou la solidarité au sein des territoires. Elle tend également la main aux industriels : « Notre responsabilité est partagée, nous ne pouvons pas nous renvoyer la balle, nous ne pouvons qu’agir ensemble. Nous sommes prêts à fonctionner à livre ouvert  quand il s’agit d’actions concrètes et mesurables, comme nous l’avons fait avec Cristaline pour l’installation des Ecobox destinées à recycler les bouteilles plastiques »

 Simplicité, service et temps long

Que peut-on souhaiter à Auchan en 2019 ?  suggère Rémy Gerin en conclusion.

« Qu’Auchan continue d’être cette entreprise simple, au service de ses parties prenantes et de l’environnement, au service de ses salariés, de ses partenaires et de ses clients avec toujours son 1/4h d’avance sur les autres…. Nous y parviendrons car nos actionnaires ne sont pas tenus par les cours de bourse ; cet actionnariat familial est unique et nous amène la force du temps long » : joli mot de la fin d’un DG inspirant….


Retour sur : Quatrième rencontre RSE de la chaire Grande Consommation autour de MONOPRIX

28 novembre 2017 

La chaire Grande Consommation est engagée depuis plusieurs années autour des problématiques RSE liées à la consommation à travers notamment ses Grands Prix, son Observatoire et les travaux de recherche de ses étudiants. Convaincue que l’avenir de la relation industrie commerce passe en partie par la construction de projets collaboratifs RSE, la chaire a décidé de créer des moments d’échanges privilégiés entre les deux parties pour faire émerger des synergies et des pistes de réflexion communes.

Après avoir reçu Carrefour, Intermarché et Système U autour des industriels lors des premières rencontres, la chaire a accueilli MONOPRIX ce mardi 28 novembre 2017.  Entouré de Karine Viel (Responsable du département Développement Durable/ RSE)  et de Nicolas Bonnetot (Directeur Alimentaire & Beauté), Régis Schultz, Président de Monoprix, a partagé ses convictions avec les industriels et a posé avec eux les premières pierres d’une meilleure collaboration industrie-commerce autour des problématiques RSE.

« Monoprix va bien si la ville va bien »

En tant que petit-fils d’agriculteur mais désormais urbain, Régis Schultz se réjouit que le développement durable soit ancré dans l’ADN de l’enseigne depuis plus de 25 ans. En effet, chez Monoprix, améliorer la qualité de vie des urbains est au cœur de la stratégie depuis sa création.  Aujourd’hui, Monoprix s’attache toujours à minimiser la contrainte et maximiser le plaisir des consommateurs en ville à travers 4 axes de développement:

-          Rendre le beau et le bon accessible à tous 

-          Se faire plaisir au quotidien au prix juste, mot cher à Régis Schultz qui lutte contre la paupérisation de toute l’économie provoquée par la course au prix bas

-          Sélection d’une offre de qualité, qui passera sans doute rapidement par un choice editing encore plus affirmé

-          Développement de produits durables pour améliorer la qualité de vie en ville

 « Une approche déculpabilisante et pédagogique de la RSE fondée sur la preuve »

Enthousiasme et proximité semblent guider la politique RSE de l’enseigne. Karine Viel se félicite de l’agilité précieuse que l’on peut trouver au sein d’une enseigne à taille humaine pour tester et innover en matière de RSE. Large offre de produits certifiés, prise de position forte sur les catégories (on se souvient du rôle précurseur de Monoprix sur les œufs) et pédagogie en magasin auprès d’une clientèle certes en affinité avec ces tendances BIO,  ont déjà permis à l’enseigne d’atteindre deux fois sa part de marché sur le Bio. La RSE chez Monoprix c’est aussi :

-          Un engagement sur le respect de l’environnement

-          Une volonté de développer le bon vivre en magasins avec un objectif 2020 de 80% de collaborateurs prêts à recommander Monoprix en tant qu’employeur

-          Une multiplication d’opérations favorisant le lien social et la solidarité en ville ; A noter la belle proximité de l’enseigne avec des startups solidaires comme les confitures Re-Belles qui recyclent les fruits mûrs ou les applis Optimiam et Too-Good-To-Go qui luttent contre le gaspillage

 « Collaboration industrie-commerce : lançons des démarches catégorielles»

Nicolas Bonnetot ne le cache pas, quand on pense partenaire RSE chez Monoprix, on pense d’abord MDD et PME, considérées plus agiles et plus innovantes que les industriels présents dans la salle. Le directeur Alimentaire & Beauté admet que les enseignes méconnaissent sans doute les efforts des industriels.  Des rencontres comme celles-ci permettent de briser des tensions et casser des supposés, précise Karine Viel.

Pour aller plus loin, il est proposé aux industriels de mener avec Monoprix des approches catégorielles fortes avec des partis pris impliquants et transparents qui permettront de combiner responsabilité, différenciation et création de valeur.

A propos de la concurrence entre distributeurs, Régis Schultz conclut d’ailleurs : C’est plus sympathique de se faire la guerre sur les valeurs que la guerre sur les prix. La concurrence sur les bonnes pratiques RSE est saine, elle est créatrice de valeur.

Rendez-vous en février prochain pour la remise du Grand Prix ESSEC du Commerce Responsable 2018, lieu de partage des meilleures pratiques des distributeurs en matière de RSE. La cérémonie se déroulera à Bercy, en présence du Ministre de l’Economie Monsieur Bruno Le Maire.


 RETOUR SUR LA  TROISIEME RENCONTRE AUTOUR DE SYSTEME U- 5 juillet 2017

 « Réconcilier qualité, prix et santé, c’est possible ! » entame Serge Papin

Et la marque U, premier facteur de différenciation de l’enseigne, est clairement la priorité du dirigeant : « la marque U, on ne la retrouvera pas chez Amazon ! »

L’enseigne entend rétablir la confiance de sa clientèle envers son alimentation et éviter ainsi que le « bon appétit » ne se transforme en « bonne chance » comme le dit si bien Pierre Rabhi.  Toute substance controversée est traquée et progressivement retirée de la composition des produits U. Sans OGM, sans glyphosate, sans huile de palme, sans herbicide… l’engagement de système U pour sa marque propre n’attend pas la réglementation ou la pression des ONG mais part de l’écoute des craintes de la clientèle. « Il faut conjuguer les paradoxes, poursuit Serge Papin, nous écoutons nos consommateurs et tentons de contribuer à les rassurer »

Autre priorité : rétablir le lien avec la clientèle  et pour cela le magasin est clé. Savoir-faire sur les métiers de bouche -Serge Papin évoque la « ré-artisanalisation du magasin »-  le projet de Système U est fait pour que la clientèle U redécouvre le plaisir de faire ses courses en magasin physique.

La transparence est le troisième pilier de l’engagement de U envers sa clientèle. « Il ne faut pas avoir peur de dire que la qualité a un prix », l’enseigne a un rôle pédagogique à jouer et communique fortement sur l’origine de ses produits, la création de ses filières.

Serge Papin reconnait que cette réconciliation est lente « ce n’est pas si simple mais tous les jours nous connaissons des petites victoires qui nous font avancer ». Il insiste également sur le discernement nécessaire en matière de RSE « Nous prenons des initiatives pour produire de façon responsable, sans que cela soit forcément BIO. Parfois le BIO a des inconvénients » ajoute-t- il en citant l’exemple du sulfate de cuivre pour le vin.

Vu pour la marque U. Et les industriels dans tout ça ?

 « Nous pourrons être amenés à faire des choix antagonistes avec le libre choix »

Nous devons exprimer notre engagement à travers l’ensemble de notre offre, poursuit Serge Papin. La responsabilité de l’enseigne envers tout ce qu’elle commercialise s’amplifie.  Le respect des engagements de l’enseigne par les industriels va sans doute devenir un élément de discussion.  

Alors comment mieux travailler cette co-responsabilité industrie/commerce ? Finalement en reprenant les mêmes ingrédients que ceux utilisés par Système U pour sa marque propre et son enseigne :

Transparence : en premier lieu sur la répartition de la valeur. C’est elle qui permettra de sortir de la guerre des prix et du « financement du cola d’Atlanta par les Cocos de Paimpol ». Serge Papin reconnait que cette transparence tripartite producteur/transformateur/distributeur est plus aisée à créer avec les PME avec lesquelles il est plus facile de contractualiser et d’avancer de façon exclusive. L’enseigne U attend avec intérêt les réflexions des Etats Généraux de l’Alimentation sur les problématiques de création de filières communes ou  étiquetage nutritionnel harmonisé.  Et estime que « le collaboratif est en route » via notamment des plateformes comme open foods facts.

Lien : « quittons le rapport de force pour aller dans la réconciliation ». Serge Papin et ses équipes reconnaissent ne pas suffisamment être au fait des engagements et démarches des industriels ni contribuer à leur communication. Sont évoquées des pistes créatives que nous espérons voir mises en œuvre prochainement : visite des filières,  TG RSE,  mise en avant mensuelle de la plus belle initiative RSE des industriels en magasins  (gratis précise Rémy Gerin !)

Confiance : Le système est tel que « nous passons notre temps à douter de l’autre ». Et pourtant U réaffirme « Nous sommes des commerçants, pas des guerriers », nous sommes ouverts à construire une relation différente avec vous. L’échange ouvert et bienveillant de Serge Papin et ses équipes  avec les industriels dans cet amphi de l’ESSEC en est une preuve concrète. Reste à savoir si cette «réconciliation » (maitre mot des échanges) survivra aux box des négociations ….

 


RETOUR SUR LA DEUXIEME RENCONTRE RSE AUTOUR D INTERMARCHE


Mercredi 22 juin 2016 

« Venez avec vos convictions, nous les partagerons et cela peut aller très vite »

a introduit Thierry Cotillard, Président du Conseil d’Administration d’Intermarché Alimentaire international. Les Mousquetaires sont engagés depuis plus de 20 ans dans des démarches RSE et entendent renforcer toujours plus leur mission de producteurs commerçants responsable. Conscient de son rôle d’éducateur auprès du consommateur, le groupement est prêt à être « la courroie de transmission » de toute démarche convaincante et durable

Zéro gaspillage et déchet, 30% d’économie d’énergies et maitrise de la traçabilité et durabilité des matières

Tels sont les objectifs RSE prioritaires du groupe qui ont été exposés par Jean Marc L’Huillier, Président de la Direction qualité et développement durable du Groupement des Mousquetaires. Parce qu’il n’y pas  « de RSE sans preuve », l’adhérent cite quelques exemples collaboratifs réussis comme l’opération 1001 fontaines avec Danone qui permet de financer l’accès à l’eau aux écoliers Cambodgiens. Opération qui a connu sa cinquième édition cette année, démontrant ainsi que l’engagement pérenne est un élément clé du succès d’opérations collaboratives.  Cette opération s’inscrit parfaitement dans l’un des 3  thèmes chers à Olivier Touzé, Directeur Qualité et développement durable du Groupement des Mousquetaires : la solidarité à travers des opérations durables de partage,  les gestes pour la planète, la connaissance du produit. « La transparence des acteurs de la filière, ça me tient vraiment à cœur »  insiste Olivier Touzé, dont le souhait est de rapidement « se mettre autour d’une table, travailler pour comprendre la filière, et la construire ensemble »

La séance se clôture sur quelques autres pistes proposées par les industriels : travailler ensemble à l’optimisation des schémas logistiques,  partager -sans contrepartie financière-  les données pour la construction de ces opérations collaboratives RSE. Il y aura sans doute encore quelques rencontres nécessaires pour faire avancer ce sujet de partage de l’information. La chaire vous donne donc rendez-vous avant la fin de l’année autour d’un troisième distributeur !


Retour sur la première rencontre RSE autour de Carrefour 30 novembre 2015

Les rencontres RSE de la Chaire Grande Consommation de l’ESSEC

Carrefour tend la main aux industriels pour construire des programmes RSE sur la durée

  Lundi 30 novembre : la chaire Grande Consommation de l’ESSEC organisait ses premières rencontres RSE autour de Carrefour et des industriels lauréats et nominés du Grand prix ESSEC des Industries de Consommation Responsable. L’occasion pour Carrefour de présenter aux industriels des PGC sa stratégie, ses enjeux et projets RSE et  d’échanger avec eux dans un objectif commun : bâtir une politique RSE collaborative efficace et durable.

 « 7 milliards d’habitants, une seule planète … et des entreprises qui agissent ! » comme le souligne Noël Prioux, directeur exécutif de Carrefour France


en savoir plus

1eres rencontres RSE